Problématique
À l’heure des autoroutes, des TGV, des GPS, et d’internet, le détour est vécu comme une perte de temps insupportable. Aller droit au but semble être une règle, une norme admise par tous. Pourtant, le détour est une modalité du voyage, de l’action, du raisonnement, du discours. Le détour, même au risque des pertes qu’il peut engendrer, apprend et enrichit. Il peut être un art de vivre.

Déplacement :

Notre société a vu l’avènement du transport rapide, efficace, organisé. Et pourtant, jamais les touristes n’ont autant privilégié la lenteur et les chemins de traverse (randonnées, croisières, vacances en roulottes ...) ni opté pour le détour de l’itinéraire bis et les découvertes qu’il permet.

Action :

Notre société valorise, de même, le fait d’aller droit au but, et pour cela fait de la planification une des clés de la réussite. Pourtant, la stratégie (jeux de stratégie, tactique militaire, diplomatie, stratégie économique) repose souvent sur le détour, la feinte, l’esquive ; la réussite dépend aussi de l’ingéniosité et de la liberté de pensée.

Raisonnement :

Notre société retient le plus souvent la phrase et l’image choc, la synthèse, le résumé, la conclusion qui laisse dans l’ombre le cheminement intellectuel. Pourtant la recherche scientifique, la démarche pédagogique, la réflexion philosophique se fondent toujours sur les détours du raisonnement par essais et corrections, associations, analogies, tâtonnements, explorations, laissant place à l’errance et à l’erreur.

Discours :

À l’heure du mythe d’une communication immédiate et transparente, la société contraint toujours à des détours de langage (politesse, négociation, diplomatie), elle cultive l’argumentation indirecte (publicité, discours de séduction), elle continue à s’exprimer par les formes artistiques qui disent le monde de façon détournée. Tout discours est médiation.
Du déplacement d’un point à un autre au voyage par les chemins de traverse, de la digression à l’enrichissement de la réflexion, de la solution immédiate au cheminement de la pensée, du choix de la ligne droite à l’acceptation du tâtonnement, d’une communication directe et efficace au langage des codes sociaux, de la diplomatie, de l’art, le détour n’est-il pas une modalité essentielle de la construction de soi et du comportement humain ?

Indications bibliographiques


Littérature

Bouvier, “L’usage du monde”
Butor, “La Modification”
Cendrars, “
Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France
Diderot, “
Jacques le Fataliste
Dumas, “
Le Comte de Monte-Cristo”, en particulier, chapitre CXIII
Juliet, “Lambeaux”, “L’inattendu”
Homère, “
Odyssée
Kerouac, “Sur la route”
Kundera, “La lenteur”
Laclos, “
Les Liaisons dangereuses

La Fontaine, “Fables”, en particulier “Les deux pigeons”, “Le lièvre et la tortue”, “Le pouvoir des Fables
Melville, “Moby Dick”
Modiano, “Rue des boutiques obscures”
Montaigne, “
Essai”, par exemple I, 23 ; I, 26 ; I, 50
Montesquieu, “Lettres persanes
Platon, un
dialogue philosophique (par exemple, “Criton”, “République” livre II)
Rousseau, “
Les Rêveries du promeneur solitaire”, par exemple deuxième et sixième promenade
Contes proposant un parcours initiatique, en particulier Ch. Perrault, “
Les Contes”, “Le Petit Chaperon Rouge”, “Griselidis
Paraboles évangéliques
Robert Louis Stevenson, « Dr Jekyll & Mr Hyde »
Roman policier privilégiant le détour comme construction du récit, par exemple, Th. Jonquet, “La bête et la belle”, P. Bayard, “Qui a tué Roger Ackroyd ?”
Théâtre : comédies et tragédies mettant en jeu les détours du langage : “
Phèdre”, scène de l’aveu, “Les Femmes savantes”, acte I, scène 4, “Le Misanthrope”, acte I, acte IV, scène 3, “Le Jeu de l’amour et du hasard”, “Cyrano de Bergerac” (scène de la déclaration)

Essais

Astolfi (J. P.), “L’erreur, un outil pour enseigner”, ESF, 1997
Barthes, “Fragments d’un discours amoureux”, 1977
Cailleux, Nodier, Taylor, “Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France” (premier guide touristique français)
Caillois, Masson, “Bellone ou la pente de la guerre”, particulièrement 1ère partie, “La guerre et le développement de l’État”, 1963
Chaliand (G.), “Anthologie mondiale de la stratégie”, collection Bouquins, 2001
Deleuze (G.) et Guattari (F.), “Mille plateaux”, en particulier “Rhizome”, 1980
Gould (Stephen Jay), “Darwin et les grandes énigmes de la vie” (Points Sciences 1984), en particulier “Prologue” (p. 9-15) et première partie, “La saga de Darwin” (p. 19-46)
Gould (St. J.), “Les quatre antilopes de l’Apocalypse” (le détour comme principe d’écriture de l’essai, p. 13-15, Seuil, 2000)
Roche (D.), “Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages”, 2003
Anthologies du voyage, collection Bouquins (Italies, “Le Voyage en Égypte, Le Voyage en Russie”...) “
La Vitesse”, ouvrage collectif (Baudrillard, Virilio...), Flammarion/Fondation Cartier, 1991

Films, documents iconographiques, bandes dessinées

Alice dans les villes”, W. Wenders, 1974
Aprile”, N. Moretti, 1998
Babel”, Inarritu, 2006
De l’autre côté”, F. Akin, 2007
L’Esquive”, A. Kechiche, 2004
L’homme sans passé”, A. Kaurismaki, 2002
Little Miss Sunshine”, J. Dayton et V. Faris, 2006
My Blueberry nights”, Wong Kar Wai, 2007
Saint Germain ou la négociation”, texte de Francis Walder (prix Goncourt 1958) et DVD, téléfilm de Gérard Corbiau, 2003
Stalker”, Tarkovski, 1979
Western”, M. Poirier, 1997
Séries télévisées policières, par exemple
Columbo (R. Levinson et W. Link, 1968-2003)
Arcimboldo, œuvres, par exemple : “
Hiver ; Printemps, Été ; Automne” (Musée du Louvre)
Escher, œuvres, par exemple : “Belveder ; House of stairs ; Relativity ; Up and down” (site http://www.mcescher.com)
Pignon Ernest (E), interventions artistiques dans les villes, par exemple : “Naples I, II, III, IV” (1988-1995)
Serra (R.), “La matière du temps”, Musée Guggenheim de Bilbao

Sites

Association Déroutes et détours (publication d’une revue en ligne et de carnets de voyage littéraires ou non) http://www.deroutes.com/
Carnets de voyage rédigés par des internautes globe-trotters         http://www.odyssees.net/
Fédération Française de randonnée pédestre http://www.ffrandonnee.fr
Guide du routard http://www.routard.com/ mag_dossiers
Institut Curie http://www.curie.fr/fondation/ musee (biographie de Pierre et Marie Curie, histoire de leurs découvertes)
http://education.france5.fr/ (les découvertes de Pierre et Marie Curie commentées par Pierre Gilles De Gennes)
http://fr.wikisource.org/ (20 avril 1995)
Muller (Fr.), sur la pensée par le détour,
http://francois.muller.free.fr/
Tomkiewicz (S.), directeur de recherche à l’INSERM, sur la pédagogie du détour, http://www.iufm.unice.fr/application/spip/IMG/pedagogie-detour.pdf



Mots clés

Domaine du voyage : déplacement, cheminement, errance, tours et détours, labyrinthe
Domaine du langage quotidien : en cours de route, vaut le détour, chemin de traverse, école buissonnière, aller droit au but, par monts et par vaux, tous les chemins mènent à Rome, tourner autour du pot, tirer des bords, itinéraire bis
Domaine de la temporalité : gain de temps, perte de temps, rapidité, rythme, vitesse, lenteur
Domaine de la pensée : rigueur, rectitude, cheminement, expérience, contournement, détour théorique, analogie, recherche, hasard
Domaine du discours : périphrase, ellipse, métaphore, digression, non-dit, langage de séduction, codes sociaux, langage diplomatique
Domaine de l’action : orientation, stratégie, jeux de stratégie, négociation, technologies de l’information et de la communication
Domaine de la réflexion philosophique : aléas, déterminisme, hasard, imprévu, liberté, programmation, prédestination
 

Films Thème 1 : Le détour

Alice dans les villes”, W. Wenders, 1974

Résumé : Philippe, jeune journaliste allemand, n'arrive pas à écrire l'article sur les États-Unis que son éditeur munichois lui a commandé. Tout au plus peut-il prendre des photos. Il décide alors de rentrer en Allemagne. Mais il n'y a pas d'avion, c'est la grève, sauf pour Amsterdam. A l'aéroport de New York, il fait la connaissance d'une jeune femme, Lisa et de sa fillette, Alice, âgée de neuf ans. La mère demande à Philippe d'accompagner la petite jusqu'à Amsterdam où elle les rejoindra. Dans l'avion, à l'arrivée, au cours de promenades, Philippe et Alice font connaissance, se taquinent en attendant Lisa qui ne vient pas.

La fillette suggère au jeune homme de l'emmener chez sa grand-mère qui habite, croit-elle, à Wuppertal, en R.F.A.

Aprile”, N. Moretti, 1998

Résumé : Italie, 1994. La droite gagne les élections. Après une interview complaisante de Silvio Berlusconi dans un de ses journaux télévisés, je fume mon premier pétard. Je décide d'entreprendre un documentaire sur l'Italie, et filme à Milan la manifestation anti-fasciste. Il pleut : marée de parapluies. 

1995. Retour au projet de comédie musicale sur un pâtissier trotskiste. Quand j'apprends que ma compagne Silvia attend un enfant, j'abandonne tout le premier jour du tournage, au désespoir de l'acteur principal, Silvio Orlando.

1996. La droite est tombée. Des élections en perspective. Je reviens au documentaire, lis la presse : tous les journaux se ressemblent. Choix du prénom de l'enfant, cadeaux des proches pour sa layette. Nous voyons STRANGE DAYS, j'en sors furieux

Babel”, Inarritu, 2006

Résumé : Armés d’une carabine Winchester, deux jeunes Marocains surveillent le troupeau de chèvres familial. Dans le calme de l’immensité désertique, ils décident de tester l’arme. Mais la balle va bien plus loin qu’ils ne l’imaginaient. En un instant, les vies de plusieurs groupes d’étrangers, sur trois continents différents s’entrechoquent : un couple d’Américains, une adolescente rebelle japonaise et son père, une nurse mexicaine qui, sans permission, fait traverser la frontière à deux enfants...

De l’autre côté”, F. Akin, 2007

Résumé : Entre l'Allemagne et la Turquie, le destin de six personnages en quête de pardon et de réconciliation. Six parcours, six vies entrelacées par le destin, au cours d’un voyage dangereux vers la vérité de chacun, sans que les deux groupes de protagonistes ne se rencontrent jamais. C’est seulement la mort de l’un d’eux, de chaque côté, qui pourra réunir ces destinées, inéluctablement liées depuis le commencement.

L’Esquive”, A. Kechiche, 2004

Résumé : Abdelkrim dit "Krimo", quinze ans, vit seul avec sa mère dans une H.L.M. de la banlieue parisienne. Il traîne son ennui dans sa cité avec Eric, son meilleur ami, et leur bande de potes. Un beau jour, Krimo craque pour la malicieuse Lydia, une copine de cours. Mais le jeune homme n’est guère bavard et a une réputation à tenir. Comment déclarer sa flamme à la jeune fille sans perdre la face ? Une solution s’impose : soudoyer Rachid, partenaire de scène de Lydia, pour reprendre le rôle d’Arlequin dans « Les Jeux de l’amour et du hasard » de Marivaux, que certains élèves de la classe montent pour la fête de l’école. Ce que Krimo n’ose avouer à Lydia, Marivaux le fera à sa place. Mais l’audacieuse manœuvre vire au parcours du combattant pour le timide jeune homme.

L’homme sans passé”, A. Kaurismaki, 2002

Résumé : En débarquant à Helsinki, un homme se fait voler et frapper à mort. Lorsqu'il reprend conscience, il a perdu la mémoire. Sans argent et sans identité, il est aidé par les SDF de la ville.

Little Miss Sunshine”, J. Dayton et V. Faris, 2006

Résumé : La famille Hoover a décidément bien des soucis à gérer. Le père, inventeur d’une méthode de motivation personnelle, a du mal à garder la tête hors de l’eau. Le grand-père, malade du cœur et cocaïnomane, joue les obsédés vieillissants. Le fils, adolescent, hait tout le monde et a fait vœu de silence. L’oncle, dépressif, fait montre de tendances suicidaires. La mère, dépassée, vit au jour le jour. Au milieu de ces individualités à la dérive, la petite Olive, 7 ans, caresse le doux rêve de devenir une reine de beauté. Elle reçoit, un soir, une invitation à participer au concours de Little Miss Sunshine, en Californie. Toute la famille décide de l’accompagner, dut-elle, pour ce faire, traverser les Etats-Unis à bord d’un vieux van Volkswagen. Un voyage pas vraiment comme les autres.

My Blueberry nights”, Wong Kar Wai, 2007

Résumé : Jeremy est le patron d’un café à New York. Tous les soirs, il reçoit la visite d’Elizabeth. La jeune femme y a ses habitudes : elle commande une tarte aux myrtilles puis observe à travers la fenêtre. Une nuit, elle se confie à Jeremy : l’homme qu’elle aimait l’a quittée. Puis, Elizabeth ne revient plus. Jeremy réalise qu’elle a quitté la ville. Elizabeth a entrepris un long voyage à travers les Etats-Unis pour essayer de faire le point. En route, elle fait des rencontres et noue de nouvelles amitiés.

Saint Germain ou la négociation”, texte de Francis Walder (prix Goncourt 1958) et  téléfilm de Gérard Corbiau, 2003

Résumé : La Reine Catherine de Médicis convainc le baron de Malassise d'entamer des négociations entre Catholiques et Protestants pour rétablir la paix dans le Royaume. Les négociations aboutissent au Château de Saint-Germain, le 8 août 1570, deux ans avant les massacres de la Saint-Barthélemy.

Stalker”, Tarkovski, 1979

Résumé : Quelque part... à une époque inconnue... Que s'est-il passé sur cet univers où ne règne que la désolation? Ruines inondées, brume, froideur, contrastant avec cet endroit étrange, cerné de barbelés et de miradors, étroitement gardé: " La Zone". Région mystérieuse d'où une armée n'est jamais revenue, mais qui abriterait une maison renfermant une "Chambre" comblant les vœux de l'homme qui y pénètre. Cet endroit, seuls les Stalkers, ces guides, passeurs, contrebandiers, osent s'y aventurer. L'un d'entre eux, accompagné de deux "clients", un écrivain et un savant, entreprend ce périlleux voyage. Que cherchent-ils dans ce paysage idyllique ?

Western”, M. Poirier, 1997

Résumé : Venu en France deux ans auparavant pour un mariage qui ne s'est pas fait et lui a laissé une blessure au cœur qu'il cache bien, Nino, un Russe un peu italien, comme son prénom l'indique, est petit, rigolo, hâbleur, fait la route en Bretagne et vit d'expédients. D'origine catalane, grand et réservé, Paco, un représentant en chaussures, le prend en stop mais se fait voler sa voiture par celui à qui il vient de rendre service. Paco, renvoyé de son travail et furieux, est secouru par Marinette, une fille du coin pour qui, bien vite, il ressent un tendre sentiment. Il retrouve Nino, volé à son tour, le corrige sans ménagement, va lui rendre visite à l'hôpital... et ils deviennent les meilleurs amis du monde.

Séries télévisées policières, par exemple Columbo (R. Levinson et W. Link, 1968-2003)

Résumé : Columbo est une série télévisée policière américaine ainsi que le nom du personnage principal de cette série qui est un policier en apparence un peu niais mais en réalité très tenace et très perspicace.